H3i-Blog

Pour vous informer ou vous documenter, c'est ici.

La construction ne va pas à toute ALUR

Il fallait s’y attendre. Le moins que l’on puisse dire est que la construction ne va pas à toute ALUR, n’en déplaise au ministre inventeur de cette nouvelle batterie de lois.

L’effondrement du nombre de Permis de Construire, signalé par la presse ces jours-ci et plus particulièrement dans "Le nombre de permis de construire chute de 28% au T3"  sur www.businessimmo.com sérieusement nous inquiéter. Au-delà, ce sont les constructions des mois à venir qui vont s’essouffler et les grues que nous voyons aujourd’hui dans nos cieux disparaitront consécutivement et avec elles nombre d’emplois, car il ne faut pas oublier que s’il est une industrie de main d’œuvre, c’est bien la construction.

Pour y remédier, il conviendrait de libéraliser le secteur, voire si l’idéologie dominante ne s’y prête pas, d’opérer une relance. On peut regretter que le choix ait été de contraindre.

Contraindre, bloquer, encore et encore.

loi-duflot-monopoly.pngUn récent article « Péril sur la location meublée touristique » dans L’express-Votre-Argent, donne à nouveau l’alerte.
On y découvre qu’au-delà du jacobinisme forcené qu’impose la scélérate loi ALUR sur l’investissement immobilier de logements nus, elle recèle aussi ce même délire de bloquer l’investissement immobilier en vue de la location meublée touristique.
S’il existait encore un produit simple et à peu près fluide, c’était celui-ci. Désormais en la matière, il faudra aussi être un investisseur initié, financièrement capable et juridiquement bien entouré…
Encore un petit effort et il faudra que l’Etat, après avoir fait fuir les capitaux, produise lui-même tous les logements, comme à l’Est du monde durant la bonne époque. On connait la suite.

L'immobilier Duflot

Pourquoi de plus en plus de personnes songent-elles à investir dès maintenant dans le logement locatif ? Parce que l’ineptie des mesures politiques mises en place par l’actuel gouvernement conduit tout droit à une crise majeure du logement dans les deux ans qui viennent. Or, comme, d’une part, aucun gouvernement n’est éternel et que celui-ci, à l’évidence, ne durera pas longtemps ; comme, d’autre part, il faut ce délai de deux ans pour qu’un programme initié maintenant s’ouvre à la location ; nombreux sont ceux qui ont compris qu’il faut paradoxalement investir aujourd’hui pour être prêt à louer le moment venu.

Panorama conjoncturel de la promotion

fpi-1.gifA lire aujourd’hui dans Le Moniteur, une interview de François Payelle, Président de la Fédération des Promoteurs Immobiliers. En quelques mots, on y trouvera un exposé de la situation conjoncturelle du secteur, ainsi que quelques clefs pour comprendre les contraintes et les enjeux de notre métier : ventes, financements, foncier, investissements, coûts des travaux…

"Les plages menacées…"

plage.jpgJe lis qu'une émission d'Arte, ce soir, écolo forcément, alerte sur l'exploitation des plages, voire des fonds marins, pour exploiter le sable destiné "surtout à la fabrication du béton armé" (??) Mais, on ne fait pas du béton avec du sable marin, salé, chimiquement incompatible avec la prise du ciment !

Résister !

promoteur-inquiet.jpgQuatre ans déjà que la crise financière de l’été 2008 secoue le secteur de la promotion immobilière ; Un an, deux peut-être, seulement que la presse en parle avec abondance.

Aujourd'hui encore, un article alarmiste : "Les promoteurs broient du noir" sur Diagnostic et Expertise

Bien sûr, comme chez nos confrères, nous avons été contraints à des sacrifices. Pour nous, ce fut l’abandon de certaines filiales « non stratégiques » comme on dit pudiquement, pour nous reconcentrer sur notre cœur de métier : La Promotion Immobilière et ses corollaires la Maîtrise d’Ouvrage Déléguée et l’Assistance à Maîtrise d’Ouvrage.  Couper des branches d’activité patiemment, amoureusement, portées avec parfois le licenciement de collaborateurs précieux et anciens est toujours très difficile à vivre pour le chef d’entreprise.

Or, et pour revenir à la seule promotion immobilière, il n’est pas nécessaire d’être très nombreux pour mener à bien une opération. C’est un atout pour ce secteur d’activité, à la différence de bien d’autres.

C’est ce choix de la flexibilité, de la petite taille et de la réactivité que nous avons choisi de privilégier, depuis toujours, chez H3i. Et ce choix ne nous a pas empêchés de mener, même pour compte propre, des opérations immobilières de très grande ampleur se chiffrant en dizaines de millions d’Euros. Ce choix implique de développer au contraire des partenariats. C’est un schéma qui nous plait et en 20 ans d’activité, nous sommes fiers de pouvoir considérer la plupart de nos partenaires : architectes, BET, commerciaux, financiers… comme des intimes.

Seulement voilà, si le promoteur n’a pas besoin de nombreux salariés pour développer son projet, il n’en est pas moins le maillon essentiel, créateur d’emploi du secteur au sens large. La réalisation d’un projet, la fabuleuse capacité de l’industrie du bâtiment à créer des emplois a besoin que les promoteurs lancent des opérations. Ceci est d’autant plus vrai que moins d’un an après des promesses insensées sur la relance de la construction par le secteur public – on sait tous, que ça ne marche pas et a fortiori dans un pays exsangue – le gouvernement semble préparer l’opinion à la faillite de son idée et abandonner sa promesse de 500.000 logements décrétée par la seule volonté jacobine.

Or cet aveu fait, le secteur ne repartira pas, sauf à revenir :

  • à la sagesse : celle de considérer que le développement de la construction passe par une politique favorable à l’investisseur privé, seul riche dans ce pays appauvri,
  • au courage : celui de changer radicalement de politique et de message vis-à-vis de l’investisseur privé.

Il faut donc encore et encore résister.

Il faut aussi malheureusement ne pas croire à une reprise rapide et s’attendre à de nombreux licenciements et faillites chez nos sous-traitants constructeurs.

Vive le progrès !

maison-energie.jpgLe Roi BBC est mort. Vive le Roi Bepos !

Pour tout comprendre de la nouvelle norme énergétique de construction passive, on lira avec intérêt l'article du moniteur : Exit le BBC, place au Bepos.

Le "Bâtiment".

loopconstr.gifJe veux parler des métiers de la construction, et non pas du navire, même si, sous certains aspects, il y a bien entre ces deux-là quelques analogies.

Connaissez-vous beaucoup de carrières réussies qui se soient développées à partir d’un emploi à la Sécurité Sociale, ou dans toute autre de ces planques au chaud ? Connaissez-vous beaucoup de bureaucrates heureux de partir au “boulot“ le lundi matin ? Connaissez-vous beaucoup de retraités de ces emplois-là, fiers du travail accompli durant toute une vie active ?

J’ai passé cinquante ans dans ce métier de bâtisseur. J’ai pu observer combien étaient fiers d’eux tous ceux qui, passant devant une réalisation, pouvaient dire : « c’est moi qui ai construit ça ». Et, pas seulement l’architecte, pas seulement l’entrepreneur, pas seulement l’ingénieur, le conducteur de travaux, le chef de chantier, le chef d’équipe ! Même le plus modeste compagnon était fier de montrer ce à quoi il avait œuvré. Peut-on en dire autant dans “l’administration“ ?

J’ai pu observer aussi comment des jeunes gens dépourvus de diplômes, mais simplement munis d’un peu de courage, de bon sens et d’honnêteté, gravissaient les échelons de responsabilité dans le “Bâtiment“ comme jamais ils n’auraient pu le faire dans la bureaucratie.

Et que dire de tous ces gars qui se sont, comme l’on dit, “mis à leur compte“ ? Oh ! Pas pour trimer moins ! Simplement pour réussir. Connaissez-vous beaucoup d’emplois soi-disant sécurisés qui offrent cette possibilité ?

Alors, périodiquement on voit revenir les “dires d’experts“ qui décrivent cette industrie du Bâtiment comme secondaire, voire néfaste. C’est sans doute le plus beau métier. Depuis que l’homme est Homme, il s’emploie à construire sa maison, pas à remplir des paperasses. D’ailleurs, y a-t-il, pour celui qui en a les moyens, un investissement qui procure plus de joie que celui qui permet d’avoir sa maison à soi ?

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×