Bonne Année

voeux-h3i-2013.jpgL’année 2012 vient de s’achever et avec elle, certainement pas la crise. Nous pourrions même estimer que la crise ne fait que commencer.

D’une crise financière majeure, fin 2008, nous sommes passés rapidement à la crise immobilière et nous entrons, sans doute seulement maintenant, dans la crise économique… en attendant la crise sociale ; Rien que de très logique.

Nous avons eu l’occasion de commenter ceci abondamment sur ce blog. Sans doute, parce que nous sommes une PME, avons-nous sentis plus que d’autres que la crise immobilière était bien là dès 2009-2010. Nous étions moins sensibles que d’autres confrères de grande envergure, aux sirènes des stocks immobiliers de logements à écouler en Scellier. Mais nous sentions bien qu’avec la raréfaction des financements, pour les promoteurs et pour leurs clients (Or, rien ne peut se réaliser dans ce métier sans banque ) la crise immobilière était bien déjà là, alors que les transactions ne s’effondraient pas encore, où tout du moins que le microcosme n’en parlait pas.

L’année 2012 vient de s’achever et la presse désormais évoque sans plus aucune retenue, l’évidence de la crise immobilière :

Capital : L'immobilier neuf s'enfonce dans la crise.
Les Echos : La pénurie de logements devrait s'accentuer l'an prochain.

L’année 2012 se termine donc et, de mémoire de professionnel de l’immobilier, elle s’achève sur un goût amer, comme jamais, et surtout sur une inquiétude anormale, qui n’augure rien de bon, une absence de vision, une inconnue sur ce qu’il faudrait produire et pour qui et dans quel schéma juridique et fiscal.

Chez H3i, en 2012, nous avons, comme beaucoup de nos confrères, assumé nos responsabilités. Nous avons purgé, avec douleur, nos foyers de pertes, abandonné, dans les larmes, des pans de nos activités pour nous recentrer, pour maigrir et repartir. L’entrepreneur doit savoir « prendre sa paume », faire face à ses échecs, sans estimer qu’il n’en est pas responsable, plier l’échine, écouter… remonter à cheval. Mais voilà, le plus délicat pour nous tous, est de ne pas bien savoir de quoi demain sera fait. Oh, nous n’évoquons pas dans cet avenir les inconnus perfides de la conjoncture, pas non plus les aléas d’une opération immobilière qui fait que chaque produit pour nous est un risque à soi seul, pas non plus les risques techniques, financiers,  marketing… Non, nous évoquons ici l’absence totale d’orientation. Le marché ne peut plus donner l’orientation, comme autrefois, tant la législation est fluctuante voire rétroactive. Les lois d’incitations sont promulguées et défaites immédiatement. Certaines sont même découvertes anticonstitutionnelles. Bref, nous sommes dans le brouillard le plus total.

Toute l’équipe d’H3i vous souhaite, cependant, une excellente année 2013.

Et quant à nous, chez H3i, nous ferons face, comme toujours et au service de nos clients et de notre entreprise.

conjoncture crise particuliers investissement

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. Bernard HUET (site web) 08/01/2013

Pour dominer les circonstances, il faut les regarder de haut. Alors le désordre disparaît. La mer déchaînée devient étale, vue du ciel. La force du détachement opère, si l’on sait libérer les événements, comme le cavalier s’abandonne aux allures du cheval pour mieux le maîtriser. Les difficultés se hiérarchisent, la conjoncture tourne au favorable.
Il y a des hommes qui ne se dépassent que dans le stress des situations désespérées. Comme le turbo d’un moteur qui se déclenche dans les demandes extrêmes d’énergie, le recours à la désynchronisation du futur s’opère sous l’effet d’une sorte de sixième sens qui ne siège pas dans les méandres du cerveau. Une vision flash procure un instant la clairvoyance du futur. Alors l’obstacle peut être franchi.
Plus qu’un vœu pour 2013, une confiance : l’obstacle sera franchi.

Ajouter un commentaire